Sélectionner une page

Place du théâtre. Accès réglementé

Devant l’importance des marchés de Montreuil, un projet de construction d’une halle aux blés voit le jour au mois d’octobre 1817. Elle est édifiée dans la partie est de l’immense place du Grand Marché.

En 1865, la ville décide d’aménager l’étage supérieur de la halle pour en faire une salle de fêtes. Puis en 1892, on envisage de transformer la halle elle-même en salle de spectacle mais, faute de moyens financiers, ce projet est abandonné. C’est en 1913 finalement qu’on entreprend de grands travaux pour doter la ville de Montreuil-sur-Mer d’une véritable salle de théâtre. On commence d’abord par restaurer la salle de l’étage, puis on entreprend la transformation complète du rez-de-chaussée. On établit un balcon, on abaisse le sol pour l’orchestre, on construit une scène, des coulisses, si bien qu’à la fin du printemps 1914, les travaux sont au stade des aménagements intérieurs : décors, fauteuils, toilettes…

Le 25 août 1915, le conseil municipal procède à la réception définitive des travaux que l’on avait complétés par une installation pour l’éclairage et le chauffage par le gaz de ville. Le coût de l’aménagement s’élève à 66 058, 71 francs (francs de 1914). Montreuil-sur-Mer dispose alors d’un théâtre flambant neuf et cependant, son inauguration se fait attendre. En fait, elle n’aura jamais lieu. Avec l’état de guerre, aucune représentation théâtrale n’est donnée.

C’est alors que le 8 décembre 1915, les autorités militaires britanniques demandent à la ville l’autorisation d’utiliser le théâtre pour la distraction des troupes. Après quelques hésitations et déplorant de voir le théâtre utilisé par les Anglais avant même avoir été inauguré, le conseil municipal, par six voix contre quatre, accorde aux alliés la faveur demandée. De même, la salle des fêtes est occupée jusqu’en 1918 par le centre des transmissions de l’armée britannique après avoir servi de cantonnement à des soldats français territoriaux.

D’après un texte de Lucien Vasseur