Sélectionner une page

Principale autorité de commandement de l’armée après celle du ministère de la guerre anglais, le G.H.Q. (Great Head Quarter) est l’organe décisionnel chargé de toutes les questions relatives au déploiement des troupes britanniques sur le front occidental. D’octobre 1914 à mars 1916, l’Empire britannique établit son Grand Quartier Général à Saint-Omer. Au printemps 1916, l’effort militaire britannique, jusqu’alors contenu dans un secteur allant des Flandres au bassin minier, s’étend en Artois et dans la Somme. La position géographique de Saint-Omer, adaptée aux campagnes de 1914 et de 1915, ne peut plus dès lors satisfaire les exigences du commandement.

Le choix des Britanniques se porte alors sur Montreuil. Située ni trop loin, ni trop près des combats, sur un axe de communication permettant de rejoindre Londres et Paris dans la journée, la ville permet de rayonner sur l’ensemble du dispositif britannique en France, de la ligne de front jusqu’aux nombreuses bases logistiques du littoral.

À Montreuil, le cœur du G.H.Q. est installé dans les vastes bâtiments de la caserne Duval, rue Becquerelle, même si de nombreux services prennent place ailleurs dans la ville, voire dans les communes voisines. Pour une meilleure coordination, toutes les armées alliées disposent de petites ambassades chargées de faire le lien entre leur pays et le haut commandement britannique. Sont ainsi représentés la France, l’Italie, la Belgique, le Portugal, et à partir de 1918 les États-Unis d’Amérique. Ces missions militaires étrangères disposent de bureaux aménagés à divers endroits de la ville.

En 1918, on estime à environ 1700 le nombre de militaires travaillant au G.H.Q., intramuros. En y intégrant les services extérieurs ainsi que les unités chargées de la surveillance du site, le chiffre de 5000 militaires est avancé par certaines sources.