Sélectionner une page

La circulation dans le camp est strictement réglementée : l’accès du camp est interdit aux civils, les militaires sont contrôlés à l’entrée et à la sortie par la police militaire. Un poste de contrôle est donc installé au pont des Trois Arches. Certains soldats profitent de leurs heures de repos pour se rendre en ville, à partir de 17h, et la « Military Police » vérifie que le couvre-feu est respecté. C’est une entorse à cette obligation par un soldat néo-zélandais qui va entrainer la mutinerie de septembre 1917 durant quelques semaines.